En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation simplifiée et la réalisation de statistiques de visites. Politique de confidentialité en bas de page. En savoir plus.

Accueil

 L’UMS 2006 ‘Patrimoine Naturel’ du MNHN a   développé un Indice de Qualité Ecologique (IQE), basé sur un protocole semi-standardisé de diagnostic des enjeux naturalistes.

Cet Indice, et sa variante, l’Indice de Potentialité Ecologique (IPE), permettent d’évaluer à l’échelle d’un site dans sa globalité, la biodiversité, la fonctionnalité écologique ,  et l’efficacité des mesures d’aménagements et de gestion écologiques, dans une optique de suivi temporel. Reposant sur une expertise de terrain, il doit être mis en œuvre par des naturalistes expérimentés .

Ces indices ne peuvent pas se substituer aux études règlementaires.

Une formation préalable, dispensée par le MNHN, est nécessaire avant de pouvoir mettre en œuvre ces indices. Elle permet notamment de disposer des outils adéquats et de bien cerner les limites d’application et d’interprétation.

La nouvelle version (V2.0) mise à jour de ces deux méthodes est disponible depuis avril 2020. Elle est basée sur près de 10 années de retours d’expérience, sur une analyse statistique des jeux de données ainsi que sur une large concertation auprès des divers utilisateurs.

Fidèle aux protocoles d’origine, et s’appuyant toujours sur les mêmes paramètres, elle vise à améliorer le recueil des informations sur le terrain, objectiver le dire d’expert et faciliter la restitution des résultats auprès des décideurs.

LA COMMUNAUTE DE PRATIQUE DES UTILISATEURS DE L’IQE ET DE L’IPE

La communauté de pratique des utilisateurs de l’IQE et de l’IPE est née de la volonté de mettre en commun les connaissances et outils permettant l’application de ces indices. Cette communauté a pour vocation de promouvoir les échanges et le partage de retours d’expérience suite à la mise en œuvre de ces outils. Elle regroupe à la fois les praticiens de terrain qui appliquent ces indices (bureaux d’études, associations naturalistes, …) et les services environnement des commanditaires, qui utilisent ces indices en tant qu’outil de caractérisation et de suivi de leur foncier.

L’engagement des utilisateurs de ces indices est formalisé par la signature d’une charte d’adhésion